02/02/2011

Lettre ouverte à Mme Alliot-Marie, par eva R-sistons

Charles de Gaulle

Charles de Gaulle

 

Madame,

Je ne comprends pas. Vous êtes Gaulliste, je le suis aussi. Et pourtant, un abîme nous sépare. Parce que je suis Gaullienne plus que Gaulliste (fidèle à un idéal, une vision, pas à un Système), ou parce que je suis Gaullienne de gauche ?  Ou tout simplement parce que vous êtes infidèle ?

Je ne vous comprends pas, Madame. Vous avez fait allégeance à un Président qui détruit la France, ses valeurs, ses traditions, son âme. Vous servez un homme qui a été programmé par l'Etranger - anglo-saxon et israélien - pour liquider toute trace de gaullisme en France. En osant même enchaîner le navire France à l'OTAN, donc à sa perte. N'avez-vous pas le sentiment de renier tout ce qui fait le Gaullisme authentique ?

Le Gl de Gaulle aimait la France, Sarkozy a pour modèle les Etats-Unis et pour maître Israël via le Crif.

Le Gl de Gaulle était un rassembleur, Sarkozy est un diviseur.

Le Gl de Gaulle était un homme d'Etat, servant avec passion son pays, Sarkozy sert le Veau d'Or et ses amis milliardaires. Et il se sert, au passage. Grassement. Alors que Charles de Gaulle payait la moindre communication de téléphone personnelle, Sarkozy, lui, ne paie même pas d'impôts ! Et il se goinfre comme un nouveau riche, avec l'argent des contribuables, de surcroît vulgairement. Notre pays était respecté, il est aujourd'hui la risée de tous.

Le Gl de Gaulle se méfiait des Anglais, il ne les voulait pas dans l'Union Européenne pour ne pas l'enchaîner à une puissance cupide et égoïste, Outre-Atlantique; il se méfiait des Américains, d'Israël, et des Juifs qu'il trouvait trop "sûrs d'eux et dominateurs". Sarkozy laisse le CRIF gouverner, et l'Amérique dicter ses ordres. Et quelle Amérique ? Néo-conservatrice. L'horreur absolue ! Vous acceptez, Madame, de voir notre pays brader son indépendance pour un plat de lentilles,  au mieux un strapontin ?

Le Gl de Gaulle avait une haute idée de la fonction. L'Occupant de l'Elysée la rabaisse sans cesse.

Vous souvenez-vous du Gl de Gaulle quand il clamait :" Vive le Québec libre ?" Aujourd'hui, la France est en train de perdre tout ce qui fait son identité. Même la langue de ses aïeux, qui avec Sarkozy sera un jour ravalée au rang de patois, au nom d'une "anglicisation" imposée.

Le Gl de Gaulle voulait une Europe jusqu'à l'Oural, vous l'ancrez à Washington, à Londres, à Tel-Aviv. Il avait une politique pro-Arabe, vous préparez, avec Sarkozy, les futurs progroms contre les citoyens arabes.

La France des nouveaux riches, des parvenus, ne vous gêne pas, Madame ? Pourtant, elle faisait horreur au grand Général. Et cette France-là, aujourd'hui, se pavane, étale son clinquant, écrase les plus petits, les plus faibles, les plus modestes, et même ses Roms ou, aussi, ses citoyens noirs ou musulmans. Que devient la Patrie des Droits de l'Homme ? Ce n'est pas en proposant le "savoir-faire" français en matière de Sécurité intérieure aux dictateurs que vous la servirez, Madame ! Et que devient notre modèle social tant envié dans le monde ?  

Et l'image de notre pays, son rayonnement, qu'en faites-vous ? Votre mentor actuel les  piétine, les avilit.  Cela ne vous pose pas de problèmes ? Lisez la Presse étrangère, Madame.

Voyez-vous, Madame, il ne suffit pas de poser, une fois l'an, devant la Croix de Lorraine. Ni de serrer la main à Jacques Chirac devant des Médias collabos, pour être l'héritier du Général (comme le prétend votre Président).

Votre allégeance au Monde de l'Argent et au CRIF, aujourd'hui, Madame, vous conduit même à tenter de mater les aspirations d'un peuple à la liberté, en armant son bourreau, et à poursuivre notre plus grand journaliste d'investigation, Thierry Meyssan, homme libre lui aussi, comme le Gl de Gaulle.

Le goût du Pouvoir et de l'Argent vous aveugle-t-il, Madame ? Qu'avez-vous fait de vos convictions, de vos idéaux ? La transmission du Gaullisme est une responsabilité, et elle ne passe pas par le culte du Veau d'Or !

Madame, ouvrez les yeux sur ce que vous êtes en train de devenir. L'ombre de vous même, certainement !  Le Gl de Gaulle ne devait pas aimer les traîtres. Sarkozy, oui. N'est-il pas le premier à trahir ses promesses, son mandat, le Gl de Gaulle, et le pays qu'il est censé représenter, en l'offrant à l'Etranger ? Crime suprême, d'ailleurs: Celui de Haute Trahison.

L'Histoire, elle, n'est pas aveugle... Et elle a une longue, très longue mémoire ! Puis-je vous le rappeler ?

Eva R-sistons, journaliste-écrivain.

    

NS grandi - de Gaulle  Laplote-copie-1

Le Gl de Gaulle et Sarkozy (le talent de Laplote)


29/05/2010

La Défense européenne est-elle enterrée ?

NS-drapeau-OTN.jpg

 

Le 15 mai 2003, C dans l'Air consacre son émission à  la Défense européenne. Je viens de la regarder sur une vidéo datant de l'époque (j'ai enregistré des centaines d'heures sur la guerre d'Irak et son contexte).

En 2003, quatre pays fondateurs de l'Europe avaient organisé un sommet sur la future Défense européenne. Participaient à cette réunion Chirac, Schroeder et deux Premiers Ministres, de la Belgique et du Luxembourg. Ils n'acceptaient pas volontiers que l'on puisse laisser les seuls Etats-Unis déterminer l'orientation de la politique planétaire. Et ils envisageaient de mettre en place les prémices de la Défense européenne, "non pas contre l'OTAN, mais en complément, en partenariat avec elle". Relation de complémentarité, donc, chacun étant autonome. 

Cette Union européenne de Sécurité et de Défense aurait pu mener des opérations sans les Etats-Unis.  Voici ce que le Général Loup Francart, expert en Stratégie militaire, en dit  : "Nous ne pouvons laisser la maîtise de la Défense aux Américains, face aux nouvelles menaces comme la dispersion d'armes de destuction massive ou l'effondrement de pays entraînant la destabilisation de certaines régions. Le contexte stratégique actuel est différent de celui de la Guerre froide. Nous devons au moins avoir notre propre conception stratégique". Voilà qui est clair, et qui pose les jalons d'une Défense européenne autonome. Au grand dam de Washington, qui à l'époque avait pris cette initiative pour une provocation, surtout émanant de Chefs d'Etat plus que réservés vis-à-vis de la guerre d'Irak.

La question d'une relative autonomie de l'Europe, pourtant plus sur la forme que sur le fond, avait grandement irrité C. Rice. Elle avait émis des protestations.

Et aujourd'hui ? La question est plus que jamais cruciale. Doit-on laisser aux Etats-Unis le soin décider de tout unilatéralement, seule puissance déterminante ? Ou affirmer son autonomie ? Sur Wikipedia, nous lisons ceci :

Extraits : "La Politique européenne de sécurité et de défense est une politique de l'Union européenne décrite dans le titre V du traité de Nice, visant à renforcer son rôle en matière de gestion internationale des crises militaires et civiles. La PESD est un élément essentiel de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) de l'UE. Suite au sommet franco britannique de Saint-Malo du 4 décembre 1998, l'Union européenne s’est dotée en juin 1999, au Conseil européen de Cologne, d'une « Politique européenne de sécurité et de défense » (PESD). Cette PESD est, en fait, l'instrument de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), instituée en 1992 par le titre V du traité de Maastricht. Vers une Défense européenne ? Le traité de Maastricht précise bien que la PESC ne deviendra une politique de défense commune que lorsque le Conseil en décidera ainsi, ce qui n'est pas le cas pour l'instant. Autrement dit, la PESD n'est pas l'instrument d'une politique de défense commune au sens classique du terme, protection des territoires et des intérêts vitaux de ses membres, mais une politique visant à gérer les crises hors de l'Union et, ainsi, à apporter au monde les éléments stabilisateurs contenu dans le projet européen " (Wikipedia, "Politique européenne de Sécurité et de Défense").

Où en est-on, aujourd'hui ? Les Etats d'Europe de l'Est sont très dépendants des Etats-Unis, la soumission aveugle aux décisions des Américains ne les gêne pas. Quant à Sarkozy, il a parlé de la Défense européenne en laissant la France pleinement réintégrer l'OTAN, mais depuis, plus rien... S'agissait-il d'un artifice de langage, de communication, pour mieux faire accepter le retour de la France au sein de l'Alliance atlantique ? Gageons que Sarkozy l'Américain aura à coeur de laisser les Etats-Unis prendre les initiatives qu'ils veulent, en se contentant de les accompagner. Et tant pis si la France gaullienne, attachée à l'indépendance de la Nation, s'aligne complètement: Dans une pleine soumission fort peu goûtée par les Français, et cadrant mal avec l' Histoire de la France.

De toutes façons, si aujourd'hui Nicolas Sarkozy est au poste qu'il occupe, c'est qu'à l'arrière plan, des intérêts ont travaillé pour qu'il soit élu. Afin de liquider, ici comme dans les autres domaines, tout ce qui fait la spécificité de la France. Et l'aligner complètement, peu honorablement, sur les diktats de Washington: Au détriment de ses intérêts, de ses traditions et de son image de marque.

Et pour mieux assurer l'emprise de l'Etranger sur la France, pour mieux tuer les dernières velléites de notre pays, Nicolas Sarkozy a procédé, à peine élu, à un grand nettoyage des Ministères et des Grands Corps d'Etat. Tout est verrouillé, aujourd'hui, dans l'Administration comme dans les Médias.   

Un jour, l'Histoire jugera. A défaut des électeurs trahis...

Eva R-sistons à la démission de la France en matière d'indépendance nationale.

http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/post/7921025/la-defe...